Vous êtes ici

Autour de la culture et de l'économie du palmier en Colombie

Par Florence Heimburger le mer 25/6/08 - 0:00

Du 16 au 20 juin 2008, j'ai eu l'opportunité de partir en Colombie pour suivre les travaux en biotechnologie végétale d'Axel Labeyrie ingénieur de recherche au département Systèmes biologiques du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et expatrié en Amérique latine. Son travail consiste à cloner des palmiers à huile dans un laboratoire de culture in vitro à Funza, près de Bogota. Le palmier à huile constitue la première plante oléagineuse mondiale après le soja. Son huile est très utilisée dans l'industrie agroalimentaire, les cosmétiques, et (un peu) dans les biocarburants. La Colombie est le 5e producteur mondial d'huile de palme.

Nous avons consacré les trois premiers jours de mon séjour à la visite d'une plantation industrielle de palmiers à huile de 3500 hectares. Il s'agit de la « Hacienda la Cabaña » à Villavicencio, à 180 km de Bogota. J'y ai aussi visité une fabrique d'huile de palme, un laboratoire de préparation de semences commerciales et des pépinières de palmiers. Cela m'a permis de mieux saisir tous les aspects de la culture du palmier à huile : du choix des semences à la bouteille d'huile, en passant par la pousse du palmier, la récolte, en champ, des régimes (fruits du palmier) et l'extraction de l'huile à l'usine...
Nous avons aussi évoqué les problèmes de maladies : les champignons, ou la pourriture du cœur, une maladie dont on ne connaît toujours pas l'origine, et qui décime certaines plantations de palmiers à huile en Amérique latine. D'où l'intérêt de cloner les populations les plus résistantes...

Durant ces trois jours, nous avons logé dans une habitation typique, à proximité d'une forêt primaire et de l'une des plus importantes collections de palmiers au monde : 450 espèces y étaient représentées sur les 3000 existantes. Cette collection a été réalisée par Philippe Genty, un ancien entomologiste du Museum d'histoire naturelle, passionné de palmiers, et aujourd'hui consultant dans le domaine du palmier à huile. Axel Labeyrie et Philippe Genty m'ont largement expliqué les croisements de palmiers, les semences, leur germination, la pollinisation, la fécondation, etc. Ces discussions et l'observation sur le terrain de ces étapes m'ont été très précieuses.

Le travail en laboratoire n'a réellement débuté que le quatrième jour de stage sur les cinq. Nous nous sommes rendus au laboratoire de culturein vitro de palmiers, situé à Funza, à une trentaine de kilomètres de la capitale colombienne. Sur deux jours, j'ai pu observer et pratiquer les techniques de clonage : préparation de milieux de culture, travail sous hotte stérile, repiquage de matériel clonal... Ces manipulations, bien que nécessaires, m'ont paru un peu répétitives, et j'ai apprécié de ne pas avoir passé l'intégralité de la semaine à les réaliser.

Le dernier jour de stage, nous nous sommes aussi rendus à Cenipalma, le centre national de recherche sur l'huile de palme, où nous avons rencontré le directeur scientifique. Cette rencontre m'a permis de mieux saisir l'ampleur de la culture du palmier à huile en Colombie, sesrépercussions économiques et sociales, son utilisation comme biocarburant...

Bref, ce stage était vraiment une réussite : d'une part, parce que le travail s'effectuait autant en laboratoire que sur le terrain, et d'autre part, parce que le chercheur qui m'a accueillie, Axel Labeyrie, a su organiser une semaine très dense, très riche en informations, rencontres et visites. Je le remercie vivement. Merci aussi à l'AJSPI de m'avoir offert cette opportunité.

Florence Heimburger.

Stage en Colombie auprès d'Axel Labeyrie du CIRAD, département Systèmes biologiques (unité de recherche 28)

Autour de la culture et de l'économie du palmier en Colombie

Lundi 16 Juin 2008 (Jour entier) - Samedi 21 Juin 2008 (Jour entier)
Funza