Vous êtes ici

Deux nouveaux gènes associés au risque de développer la maladie d’Alzheimer

ICM

Deux nouveaux gènes associés au risque de développer la maladie d’AlzheimerUne étude internationale, à laquelle a participé le Pr Harald Hampel, principal investigator à l'ICM et titulaire de l'AXA Research Fund & UPMC Chair “Anticiper la Maladie d'Alzheimer”, a identifié de nouveaux gènes associés au risque de développer la maladie d'Alzheimer. Ces gènes, largement exprimés au niveau de la microglie, les cellules immunitaires du cerveau, constituent un argument supplémentaire sur le rôle de l'immunité dans cette pathologie.

Il y a actuellement environ 900 000 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer en France. Au cours de la maladie, des protéines s'accumulent dans le cerveau et forment de plaques et des agrégats. Les connexions entre les cellules nerveuses sont perdues et à termes ces cellules meurent et le volume du cerveau diminue. Il n'existe à l'heure actuelle aucun traitement pour ralentir la progression de la maladie d'Alzheimer.

« Plus de 60% des personnes atteints de démence ont la maladie d'Alzheimer. Malgré sa prévalence nous ne comprenons toujours pas complètement les causes complexes de la maladie. »

L'influence de la génétique dans les formes précoces de la maladie d'Alzheimer est bien connue, mais les formes tardives de la maladie possèdent également une composante génétique. Certaines régions de l'ADN, près d'une trentaine, ont déjà été identifiées, mais d'autres variants, rares, contribuent également au risque de développer la maladie.

« Découvrir de nouveaux gènes, c'est comme trouver les pièces d'un puzzle, que les biologistes font correspondre pour reconstruire une image complète de la maladie. »

Deux nouveaux gènes, qui n'étaient jusqu'alors pas considérer comme à risque dans la maladie d'Alzheimer, ont été identifiés au cours d'une étude qui comparait l'ADN de dizaines de milliers de personnes atteintes de la maladie avec des individus sains de la même tranche d'âge. Ces gènes, sont fortement exprimés au niveau des cellules microgliales, les principales cellules immunitaires du cerveau, et participent à la réponse immunitaire innée qui aurait un rôle direct dans le développement de la maladie d'Alzheimer et ne serait plus juste une conséquence de la dégénérescence des neurones.

« Au-delà de l'identification des deux gènes qui influencent le risque de développer la maladie d'Alzheimer, nos travaux mettent en évidence un certain nombre d'autres gènes et protéines formant un réseau qui pourrait jouer un rôle dans son développement. Ces gènes particuliers, qui suggèrent un rôle causal des cellules immunitaires du cerveau dans la maladie, sont également de très bonnes cibles pour de futurs traitements. » Pr Harald Hampel

Source : 

Rare coding variants in PLCG2, ABI3, and TREM2 implicate microglial-mediated innate immunity in Alzheimer's disease.
Sims R et al.
Nat Genet. 2017 Jul 17.